L’université de Paris Descartes adopte NAO, une première en Europe

L’université de Paris Descartes est la première université européenne à adopter le robot Nao pour ses formations. L’objectif est de  fournir un support attractif pour les étudiants dans leur projet et améliorer leur réussite. C’est la deuxième université au monde après le Japon à s’équiper du robot.

Développé par la société française Aldebaran Robotics, Nao est équipé de quatre micros, de capteurs et d’un système de reconnaissance vocale et d’analyse qui lui permettent d’écouter, comprendre et localiser les sons dans l’espace. Il peut parler dans des langues différentes, reconnaître des visages, trouver une balle et la saisir, rappelle l’université. Et « lorsque deux Nao se rencontrent, ils peuvent se parler et travailler ensemble ».

David Janiszek et Damien Pellier, enseignants-chercheurs à l’Université Paris Descartes, sont à l’initiative de ce projet. Il est financé par l’Université Paris Descartes dans le cadre d’un projet d’initiative pédagogique.

Nao présente un intérêt pédagogique

robot-naoSur le plan pédagogique, Nao permet aux étudiants d’informatique d’aborder des problématiques complexes et pluridisciplinaires nécessitant la mobilisation de l’ensemble de leurs connaissances et de leurs compétences. L’objectif est d’augmenter la réussite et de faciliter l’insertion professionnelle des étudiants. Ils devront présenter leurs projets en fin de semestre pour valider leur année. Par exemple, un groupe d’étudiants met au point les algorithmes pour que Nao puisse réaliser une dictée. Il pourra alors écrire à la main ce qu’un humain lui dictera. Un autre groupe a pour projet de développer un programme permettant à Nao de jouer aux échecs. Cela implique le développement d’un logiciel de jeu d’échec associé à la capacité de Nao à reconnaître les pièces et à les déplacer sur les cases de l’échiquier.

Nao présente un intérêt pour la recherche sur les programmes d’intelligence artificielle

Au niveau de la recherche, Nao permet de développer des programmes, notamment d’intelligence artificielle. Au sein de l’Université Paris Descartes, les chercheurs pourront ainsi développer et tester des algorithmes de traitement de la parole embarquée, de travailler sur l’autonomie et la rationalité des robots dans différentes situations ou encore le dialogue homme-robot. Les applications sont nombreuses : l’accompagnement des personnes handicapées, l’assistance aux personnes âgées ou encore le développement des interactions sociales d’enfants autistes.

De nombreuses utilisations possibles dans la médecine, l’informatique…

De plus, il fait partie intégrante de la plateforme de robotique et de simulation numérique qui permettra à tous les chercheurs de l’université de développer de nouveaux outils en médecine, en informatique et dans de multiples domaines d’enseignements et de recherche au sein de l’Université Paris Descartes.

 

NAO a été adopté par plus de 200 établissements d’enseignement à travers le monde

nao étudiantAldebaran Robotics a récemment annoncé que leur robot humanoïde NAO a été adopté par plus de 200 établissements d’enseignement à travers le monde.  Ce plebiscite pour NAO au détriment de son concurrent principal DARwIn-OP s’explique par l’utilisation du logiciel Urby qui est le premier logiciel robotique en open source.   C’est certes impressionnant mais reste à voir ce que pourront faire les étudiants avec ce petit robot !

 

One Response

  1. Thomas 17 mars 2011

Laisser un commentaire